Accéder au contenu principal

#webtoprint : banissez le "metoo product"

Cute Clones
© Steve Juvertson

A l'heure où bon nombre d'imprimeurs, d'agences et de startups sont titillés par le web-to-print, la question de la stratégie à adopter se pose plus que jamais.
Le web-to-print n'est qu'un outil de plus. Il n'est pas et ne doit pas être une fin en soi.

Comme à chaque fois qu'un concept innovant émerge, à la phase des early-adopters succèdent celles de la majorité précoce… et des copycats.

Qu'est-ce qui distingue la majorité précoce des copycats me direz-vous ?
La majorité précoce détecte la montée en puissance d'un nouvel outil ou d'un nouveau concept, et l'intègre à sa stratégie d'entreprise en adaptant son business model et son organisation. Il s'agit d'un acte réfléchi, avec une vision à long-terme, en phase avec l'entreprise, sa clientèle, son passé et sa culture.
Le copycat se contente de produire du “metoo product”. Désolé pour les anglicissimes à répétition, mais ce sont des termes intraductibles en français.
Pour faire simple, le copycat voit que le web-to-print est à la mode et que le chiffre d'affaires qu'il génère augmente considérablement ; alors il se réveille un matin en se disant “il m'en faut un” et se jette sur une plateforme de missions pour freelance en demandant combien coûterait un “truc comme Vistaprint”.
Ne riez pas, les sites de freelances regorgent littéralement de ce type d'offres.




“Un site web-to-print à la Vistaprint”, cela n'a jamais été et ne sera jamais ni un cahier des charges, ni un business plan.

Vous vous interrogez sur le e-Commerce, le web-to-print, l'impression numérique ? Vous pensez qu'ils constituent de nouveaux leviers pour doper votre entreprise ?
Vous avez raison.

Maintenant, avant de vous jeter à corps perdu dans l'aventure, posez-vous. Prenez une feuille de papier ou un paper-board, et demandez-vous à quoi cela va bien pouvoir vous servir.
S'agit-il d'un service supplémentaire pour vos nouveaux clients ? Ou au contraire, voulez-vous en profiter pour vous diversifier en proposant un service totalement différent de ce que votre entreprise proposait jusque-là ?

Si vous envisagez de lancer un nouveau service, posez-vous la question de la cible et de l'environnement ? Y-a-t'il du potentiel ? Combien de concurrents sont déjà en place ? Y'a-t'il de la place pour de nouveaux entrants ?

Le plus sage est de viser l'Océan Bleu, ou mieux encore, l'Océan Vierge : mais trouver un secteur d'activité dans lequel aucun concurrent ne s'est pas aventuré devient de plus en plus difficile de nos jours.

Il est alors possible de viser un secteur concurrentiel, avec des solutions déjà implantées, à condition de ne surtout pas faire du “metoo”… Certes, il faut bien étudier les offres de ses concurrents, leur stratégie, leur positionnement, leurs tarifs, leur image de marque. Mais pour mieux raisonner à l'inverse de “metoo”, en se demandant comment se différencier d'eux, et comment se positionner différemment pour réussir à se démarquer et ainsi émerger grâce à la valorisation de vos points forts.

Dans ce domaine, je trouve l'exemple de Moo.com remarquable. Ils ont réussi à se faire leur petite place dans le secteur ô combien concurrentiel, celui de la carte de visite. Leur crédo ? des produits hyper-créatifs, des formats originaux, une qualité d'impression irréprochable et des produits dérivés ultra-design.
Et visiblement, cela leur réussit plutôt bien.

© www.moo.com


Bref... DÉMARQUEZ-VOUS !!! et ne faites surtout pas du copycat, il n'y a que rarement la place pour un numéro 2 sur le web ;-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…